Utiliser le décor en photo de rue

Lorsque je pense à la photo de rue, j’imagine tout de suite des portraits, pris à la volée. Une forme de rencontre du hasard et de la préparation (grâce à son œil ouvert et attentif), mais qui rend difficilement les choses programmables. Ce n’est pas comme en photographie de paysage par exemple, où l’on sait que celui ne bougera pas si on revient le lendemain ou quelques heures plus tard, à attendre la lumière parfaite.

Et pourtant, même en photographie de rue, il est possible de “revenir plus tard” : il suffit de se focaliser sur le décor qui entoure les personnages. Repérer un endroit particulier, pour ensuite attendre pendant quelques moments l’instant décisif qui fera intervenir un personnage. Les deux éléments se mettent alors en valeur mutuellement.

Le street art, un allié de choix

Le premier exemple auquel je pense pour ce genre de décor est le street art. On connaît tous ces peintures, ces graphes, ces étranges tableaux modernes dans les rues des villes. Lors de vos voyages, ou même dans la ville où vous habitez, faites un tour de ces œuvres à ciel ouvert, et choisissant une ou plusieurs à photographier avec une présence humaine. L’avantage ici est que vous avez le temps de réfléchir à votre composition, et ce que vous voulez y intégrer. Ensuite… il n’y a plus qu’à attendre, et de déclencher au bon moment 🙂 Voici deux exemples des les rues de Melbourne, ville qui met le street art particulièrement à l’honneur en laissant les artistes s’exprimer librement sur les rues de plusieurs rues.

Street Art Melbourne
Dans les rues de Melbourne
Street Art Melbourne
L’innocente candeur des enfants à Melbourne

Pour la petite histoire, la photo suivante, prise à Chicago (une autre ville particulièrement intense en terme de street art) est pour moi un message particulier : quand bien même j’étais préparé à photographier au moment où quelqu’un passait, j’ai eu une chance incroyable : la personne m’a regardé au bon moment, en passant au croisement des lignes sur le mur, et surtout le visage est assez ressemblant. La chance n’est pas un élément à négliger parfois 🙂

Street Art Chicago
Les visages de Chicago 

Les miroirs et ses images indirectes

Les images renvoyées, ou encore indirectes, sont aussi pour moi d’une grande aide. Déjà parce que ça permet de ne pas pointer l’objectif vers les personnes directement, et donc permet une certaine discrétion. Voire permet d’appréhender cette peur de photographier l’inconnu. Et ce sont souvent des images qui donnent un point de vue particulier sur le personnage, un regard inhabituel qui rend la photo sympathique.

Un premier exemple ici à Chicago encore, devant le magnifique Cloud Gate : une œuvre qui est un espèce de miroir géant en forme de haricot. Et donc une foule de gens qui s’y presse, à prendre des selfies dans tous les sens. Et qui ne porte absolument pas attention à un photographe de rue qui pourrait passer par là !

Décor Miroir
Ah les gens et leurs images…

Un autre exemple que j’affectionne beaucoup sont les flaques d’eau. D’ailleurs, on trouve des exemples de photos de rue magnifiques grâce aux reflets d’images après la pluie notamment. Pour ma part, j’ai été assez inspiré à Nantes, sur le miroir d’eau près du château des ducs de Bretagne. Dès qu’il y a quelques rayons (et croyez moi, ça arrive souvent contrairement à ce que beaucoup croient !), une foule d’enfants et d’adultes viennent jouer à cet endroit, et ça donne de jolies choses à photographier.

Je fais souvent ce rêve étrange et pénétrant
Reflet d’une inconnue sur le miroir d’eau

Bref, pour conclure, il n’y a pas que des expressions de visages ou de corps qu’on recherche en photo de rue. L’histoire d’une photo peut passer par ce qui entoure le personnage, et il ne faut pas hésiter à trouver des endroits qui vous parlent et prendre le temps de composer. D’ailleurs, si vous aussi vous avez vos endroits favoris pour ça, n’hésitez pas à les partager !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *